Chirurgie du transsexualisme

Dysphorie de genre et réassignement sexuel

Sur cette page vous trouverez des informations sur la chirurgie du transsexualisme que je pratique à la Réunion. Fort de mon expérience à l'Hôpital Saint-Louis (maintenant à Tenon, centre de référence du transsexualisme à Paris, et à l'Hôpital Henri Mondor, je pratique les interventions qu'il est possible de réaliser en dehors d'un centre universitaire de référence (féminisation-masculinisation du visage et du cou, mastectomies, chirurgie de la silhouette...).

Sont donc exclues de cette pages la chirurgie des organes génitaux sexuels (phallopoïèse, vaginoplastie etc...) qui ne peuvent pas être réalisés en clinique ou en dehors du circuit approprié (Centres Universitaires).

La chirurgie de la transidentité arrive après une prise en charge initiale qui est médicale : psychiatres, psychologues, endocrinologues, médecin généraliste. Ces spécialistes vont prendre en charge le patient souhaitant changer de sexe pour la préparation psychologique, hormonale et administrative.

Un suivi d'au moins 2 ans est nécessaire avant d'envisager une chirurgie, car les effets des traitements hormonaux vont grandement modifer le corps et préparer à des gestes chirurgicaux dans de meilleures conditions.

Qu'est ce que la chirurgie du transsexualisme

On entend par transsexuels les personnes qui tout en appartenant physiquement à un sexe, ont le sentiment d’appartenir à un autre.

Aujourd'hui, on parle de plus en plus de dysphorie de genre. Il ne s'agit plus d'une maladie psychiatrique mais reconnu par la CGSS comme Affection Longue Durée, avec tous les dispositifs qui en découlent.

Il s'agit d'une demande de mettre en rapport l'apparence des patients avec leur identité de genre dont ils se réclament.


Mais les démarches n'ont pas seulement pour but de changer l'apparence mais également l'Etat Civil.

Pour la Haute Autorité de Santé, des conditions sont nécessaires avant de pratiques des chirurgies de réassignement de genre : 

  • Observation clinique prolongée et compétente (expertise endocrinologique et psychiatrique notamment pour repérer d’éventuelles contre-indications).

  • Période probatoire d’au minimum une année et psychothérapie d’essai avec le concours d’un spécialiste expérimenté dans les cas de transsexualisme.

  • Consultation de plusieurs spécialistes avant de retenir l’indication d’intervenir chirurgicalement.


Ainsi, afin de pouvoir réaliser les chirurgies en question, une information complète, claire, loyale et appropriée doit être délivrée auprès du patient afin d'obtenir son consentement éclairé.

Mastectomie F to M

Une des demandes les plus fréquentes est la mastectomie de masculinisation du thorax. 

Il s'agit d'une chirurgie pour les transitions de femme vers homme.

Il s'agit d'une étape importante pour les patients qui pouvoir obtenir un thorax plus masculin et en harmonie avec leur genre.

En effet, malgré le traitement hormonal et les bandeaux de compression, il reste souvent une glande mammaire avec plus moins de peau, selon le volume mammaire initial et la qualité de la peau.

Le traitement est donc une mastectomie avec plus ou moins plastie de la peau en excès.

Il s'agit d'une intervention peu risquée, peu douloureuse, qui se pratique sous anesthésie générale avec une nuit d'hospitalisation ou en ambulatoire selon les patients.

Il existe plusieurs techniques chirurgicales qui vont être conditionnées par le volume du sein résiduel. Selon la technique, des cicatrices plus ou moins longues vont être nécessaires.

Comme dans toutes les chirurgies plastiques en général, plus il y a de peau à enlever, plus la cicatrice va être longue.

Les objectifs de la mastectomie de masculinisation sont les suivants :

- enlever la glande et le tissu mammaire en excès

- enlever la peau en excès

- repositionner les aréoles qui sont sont plus petites (20 à 30mm chez les hommes, position plus basse et plus externe que chez la femme, forme de disque)

Techniquement, les mastectomies chez les transgenres se rapprochent des techniques de réduction mammaire et de cure de gynécomastie.

L'intervention, contrairement à une mastectomie classique, doit préserver assez de tissu pour avoir un thorax masculin. Un thorax masculin n'est pas plat ou creux, il doit avoir un peu de volume. Bien sûr, une musculation du muscle grand pectoral après l'intervention va permettre de masculiniser encore plus le thorax.

 

©2018 by chirurgie-esthetique-reunion. Proudly created with Wix.com