top of page

Reconstruction mammaire

Après mastectomie / cancer du sein

Vous trouverez toutes les informations que je délivre aux patientes souhaitant réaliser une reconstruction mammaire à l'Ile de la Réunion. De nombreuses techniques et approches sont possibles. Il s'agit de l'étape finale après traitement du cancer du sein. Chaque reconstruction doit être sur mesure.

Serious Model

La phase de reconstruction mammaire

Le traitement du cancer du sein inclut dans de nombreux cas une mastectomie qui correspond à l'ablation de la glande mammaire, de la peau et de l'aréole. Il s'agit d'un traitement "non conservateur" contrairement à l'ablation de la tumeur appelée tumorectomie.

Il y est parfois associé l'ablation des ganglions de l'aisselle, appelé curage axillaire.

Ces chirurgies vont malheureusement modifier radicalement l'anatomie de la patiente. Une prothèse mammaire externe est souvent utilisée temporairement mais présente beaucoup de désavantages. C'est pourquoi la chirurgie réparatrice visant à reconstruire le sein existe et est fait partie intégrante de la prise en charge des cancers du sein.

Il s'agit d'une chirurgie réparatrice prise en charge par la CGSS et non pas de chirurgie esthétique.

Moins de la moitié des patientes optent pour une reconstruction mammaire, pour de nombreuses raisons, légitimes, compréhensibles mais parfois par manque d'informations sur le sujet.

Il s'agit d'un sujet très vaste, difficile à résumer, mais dont l'essence est de reconstruire sur mesure la poitrine et avec la technique la plus appropriée à chaque patiente.

Content Woman

Reconstruction mammaire par prothèse

La reconstruction mammaire par prothèse est un technique consistant à utiliser une prothèse mammaire comme celle utilisée en chirurgie esthétique pour apporter le volume du sein perdu lors de la mastectomie.

Il s'agit du mode de reconstruction le plus simple.

Comme  il manque de la peau après mastectomie, la pose d'un implant mammaire est souvent précédé par une phase d'expansion tissulaire à l'aide d'une prothèse temporaire, que l'on gonfle afin de créer de la peau qui va accueillir l'implant définitif. Il est possible de se passer de cette phase d'expansion mais les résultats sont de moindre qualité.

Cette reconstruction est prise en charge par l'Assurance Maladie et la CGSS.

Comment se passe la reconstruction mammaire par implant ?

La prothèse mammaire est insérée par la cicatrice de mastectomie déjà présente. Elle est le plus souvent mise en place sous le muscle grand pectoral afin d'obtenir un effet plus naturel.

Il est souvent associé à la pose d'implant mammaire une auto-injection de graisse appelé "lipofilling". Le principe est le même que l'augmentation mammaire composite utilisée en chirurgie esthétique du sein. L'injection de graisse dans le décolleté va permettre de cacher au maximum l'implant et donner des courbes plus jolies.

La reconstruction mammaire est également souvent associée à une symétrisation mammaire du sein non opéré de l'autre coté, qui est souvent plus gros et plus tombant. La symétrisation permettra de corriger une asymétrie de volume et de forme.

Les patientes les plus candidates à la reconstruction mammaire par implants sont donc des patientes :

  1. N'ayant pas été multiopérée du sein, ni n'ayant pas trop de séquelles de radiothérapie chez qui il manque de la peau ou chez qui la peau est très collée au thorax est de mauvaise qualité. C'est chez ces patientes où l'expansion tissulaire préalable est particulièrement nécessaire 

  2. Les patientes ayant un sein non opéré de petite taille, ou souhaitant avoir de petits seins à la fin de la reconstruction

  3. Les patientes ne voyant pas d'inconvénient à symétriser le sein non opéré et donc qui acceptent d'avoir des cicatrices sur ce sein normal, nécessaires à la remontée du sein

  4. Les patientes qui ont un peu de graisses pour faire un transfert de graisse et améliorer le résultat par un lipofilling

En pratique, la reconstruction mammaire par implant seul est peu utilisée. Utilisé seul, l'implant donne souvent un résultat peu esthétique. Mais il peut convenir à certaines patientes qui souhaitent surtout une intervention simple et qui veulent se passer de prothèses externes.

La reconstruction par implant est le plus souvent précédé d'une expansion tissulaire. Le principe est de poser un implant temporaire, que l'on va gonfler au cours des consultations post opératoires sur une durée de 1,5 à 2 mois afin d'expandre la peau progressivement. Une fois le volume désiré atteint, selon le sein opposé, on programme le remplacement de la prothèse d'expansion par un implant définitif. Associé à un lipofilling, cette technique donne de bons résultats esthétiques. Elle demande simplement plus de patience et de geste. Une intervention pour la pose de l'expandeur et une intervention pour la mise en place de la prothèse définitive, lipofilling et symétrisation de l'autre sein.

Par la suite, la reconstruction de l'aréole et du mamelon sera réalisé.

Model in White Dress

Reconstruction par lambeau de grand dorsal

La reconstruction mammaire par grand dorsal est une technique de référence pour reconstruire le sein après cancer .

Cette technique consiste à utiliser la peau du haut du dos et le muscle grand dorsal pour apporter de la peau et du volume au niveau du sein enlevé.

Il est possible parfois de n'utiliser que le lambeau grand dorsal pour apporter le volume manquant, on parle de lambeau grand dorsal autologue, plus ou moins complété par de l'injection de graisse. Mais le plus souvent la reconstruction du sein par lambeau de grand dorsal est completé par l'ajout d'un implant mammaire pour apporter plus de volume et symétriser par rapport au sein opposé.

Comment se passe la reconstruction mammaire par lambeau de grand dorsal ?

En pratique, la patiente est hospitalisée quelques jours et l'intervention se passe sous anesthésie générale.

L'intervention dure 3 heures.

On repère un patron de peau manquant au sein dans la partie haute du dos, du coté du sein opéré, et cette palette de peau avec le muscle grand dorsal sont basculés au niveau du sein à reconstruire. Un implant est souvent inséré sous le lambeau. Si le sein opposé est petit il est possible de se passer d'implant et n'utiliser que le lambeau grand dorsal "autologue".

Le désavantage majeur de cette technique est la cicatrice nécessaire laissée dans le dos, qui fait 30cm en général. La convalescence est souvent aussi longue

Reconstruction mammaire: Interventions
bottom of page