Toxine botulique

Prévention du vieillissement et traitements légers

 

Toxine botulique/ Botox

Des résultats naturels

On ne présente plus la toxine botulique.


Peu de gens savent que le botox est une molécule révolutionnaire dans plusieurs spécialités médicales. En médecine esthétique, il sert avant tout à prévenir et traiter les rides peu profondes du front et de la région autour des yeux. Mais bien d'autres applications existent pour ce médicament qui a révolutionné plusieurs domaines thérapeutiques, comme la neurologie, l'ophtalmologie, l'urologie, la réeducation etc...

Le botox est une toxine produite par une bactérie, Claustridium botulinum, qui est à l'origine d'intoxication alimentaire entraînant le "botulisme". En découle le nom de toxine botulique

L'utilisation du botox dans le domaine de la médecine esthétique est en fait issue d'un heureux hasard, comme beaucoup de découverte en médecine. Utilisée depuis plusieurs dizaines d'années pour traiter les spasmes des paupières, il avait été constaté par hasard par (Alastair et Jean Carruthers) que les patients avaient moins de rides autour des paupières. Les premières publications arrivent en 1989, la toxine est popularisée à partir de 1992 aux Etats-Unis, puis en 2003 la première Autorisation de Mise sur Marché en France est décidée. Elle concerne le Vistabel, l'Azzalure et le Bocouture.

Les études montrent une quasi équivalence sur ces trois marques de toxines botuliques, avec une puissance légèrement supérieure pour l'Azzalure. En ce qui me concerne, j'utilise principalement le Bocouture car c'est la seule toxine qui ne craint pas la rupture de la chaîne du froid. Or le transport jusqu'à la Réunion pose des contraintes pour l'acheminement de ces Botox et la moindre rupture de la chaîne du froid pour le Vistable ou l'Azzalure rend l'efficacité des lots de toxine aléatoire.

Que traite le botox ?

Un visage apaisé

La toxine botulique agit sur les muscles que l'on injecte. Elle va détendre (et non pas tendre) les muscles responsables de rides dynamiques et d'expression négatives du visage. 

Contrairement à la croyance populaire, une zone traitée n'est pas paralysée, elle est relâchée, les traits s'apaisent et le visage parait reposé. Les muscles traités continuent de se contracter faiblement aux doses que j'injecte, ce qui permet de garder des expressions naturelles.

Concrètement, l'injection de toxine botulique se passe au cabinet, et dure quelques minutes. On commence par repérer l'anatomie de vos muscles et les points d'injections sont marqués au crayon. Puis des petites injections sont faites pour traiter harmonieusement toute la zone. Il faut en général une dizaine de points pour la ride du lion, du front et de la patte d'oie. Les injections sont peu douloureuses, et les marques partent en une dizaine de minutes. Les ecchymoses sont très rares. Le patient reprend son activité normale directement, en évitant l'exposition à la chaleur intense et en ne massant pas la zone.

Au bout de quelques jours après l'injection, le muscle traité présente une activité diminuée et l'amplitude de ses contractions baisse. L'effet commence entre 3 et 5 jours, puis s'installe sur les 15 premiers jours. 

Il ne faut pas confondre le botox avec l'acide hyaluronique. Le botox ne remplit pas, ne gonfle pas, n'augmente pas le volume du tissu injecté. Il agit comme un réel médicament en ciblant les muscles que l'on injecte.

En partant de cette propriété, on va pouvoir diminuer la contraction des muscles qui provoquent des rides ou des déformations disgracieuses du visage. Le but n'est pas de paralyser mais estomper, lisser l'action des muscles, qui, à force de se contracter, provoquent des rides et des plis au niveau du visage.

En pratique, il faut bien comprendre que le botox trouve sa meilleure place dans la prévention du vieillissement et dans le traitement des signes légers du vieillissement. Il intervient également en complément d'autres traitements, soit de médecine esthétique, soit de chirurgie.

Une fois que le botox a agit, son effet du entre 4 mois et 8 mois. Cela dépend de la quantité de toxine injectée, de la zone traitée, et de la régularité des séances. En effet, on constate que la première fois l'effet dure moins longtemps et que plus on répète les injections plus l'effet dure dans le temps, probablement par l'habitude de plus contracter fort les muscles, ou parce que les muscles diminuent en épaisseur. Des variations d'effets sont constatées entre les hommes et les femmes.

En pratique, les patientes régulières le font une fois par an. Il n'y a aucune obligation de répéter les injections et l'effet est totalement réversible.

Quelles sont les indications ?

Sous votre meilleur jour

Visage

Au niveau du visage, la principale indication est la prévention et le traitement des fines rides du front, de  la glabelle et de la patte d'oie. A force de se contracter (expression d'étonnement), le muscle frontal agit comme un accordéon sur la peau, de telle manière que se forment des rides horizontales fines voir profondes. Ceci est particulièrement important sur les visages expressifs et sur les peaux exposées au soleil, ainsi que chez les fumeurs (qui augmentent l'épaisseur de la peau). Au niveau de la glabelle, qui est la zone entre les sourcils, se forment la fameuse ride du lion.

Encore une fois, à force de contractions, les muscles donnant une expression de colère provoquent l'apparition de rides verticales entre les sourcils. En ciblant des petits muscles de la mimique, il est possible diminuer leur action et leur tonus et de faire disparaitre de fines ridules. Il n'est pas question de les paralyser mais de les rendre leurs mouvements moins amples !

Autre zone sur laquelle agit très bien le botox est la région de la patte d'oie. Cette zone correspond à la région externe des paupières, où de fines ridules s'installent en forme d'éventail, dans les mimiques du sourire et la fermeture forcée des paupières. Avec quelques petites injections, il est possible de les faire complètement disparaître.

Au niveau du sourire, il est possible de traiter les sourires gingivaux avec le botox. Pour différentes raisons anatomiques, certains sourires affichent plus de 2mm de gencives, on parle alors de sourire gingival ou gummy smile. Pour certains, cela peut paraître disgracieux, surtout au delà de 2-3mm de visibilité de gencive. Il est possible d'atténuer ce défaut en diminuant l'action de certaines muscles du sourire (muscle élévateur de la lèvre supérieure entre autres) avec 2 points de botox très légers. Le résultat est parfois bluffant.

Les rides verticales de la lèvre du haut, dites rides de la fumeuse, ou "code barre" sont dues à la contraction répétée du muscle de la lèvre (muscle orbiculaire). Il est possible de les atténuer avec une faible dose de toxine. Les autres traitements de cette zone sont l'acide hyaluronique et les fils inducteurs.

Plus bas sur le visage, on voit apparaître parfois des rides naissant aux coins de la bouche et partant vers le bas, donnant un aspect triste et des émotions négatives au visage. On appelle ces rides, la ride de la marionette ou d'amertume, à la manière des espaces de glissement de la bouche sur une marionnette qui parlerai. Avec quelques points de botox, il est possible de diminuer ces rides. L'alternative pour les plis d'amertumes, ou rides de la marionnette, est l'injection d'acide hyaluronique.

Encore plus bas, au niveau du cou, on voit très fréquemment se développer des cordes chez les patientes qui ont un cou fin. Ces cordes correspondent en fait à deux muscles du cou qu'on appelle les muscles platysmaux. Ces cordons musculaires s'appellent eux des fanons. Ils sont visibles non pas parce qu'ils tombent avec le temps, mais parce qu'ils se contractent et attirent la peau avec. En diminuant leur tonus de base, il est possible de traiter ce signe de vieillissement. On parle alors de Nefertiti lift, en hommage au cou long, harmonieux et gracile des représentations de Nefertiti.

Les contre-indications à l'injection de toxine botulique/botox sont peu nombreuses : 

- grossesse et allaitement (de principe)

- maladies neurologiques (myasthénie, Lambert Eaton)

- notion d'allergie à l'albumine

- infection cutanée au point d'injection

Traitement de la transpiration

Des résultats naturels

Un autre service peu connu que rend le botox est le traitement de la transpiration excessive.

On a découvert qu'en injectant du botox dans les zones qui transpirent beaucoup, il était possible de réduire jusqu'à 90% la transpiration, et aider les patients qui sont victimes d'hypersudation. Le résultat est assez bluffant, car en une séance, il est possible de bloquer la transpiration quasi totalement pendant 1 an. 

Les zones traitées sont les aisselles bien sur, mais également les mains et les pieds.

Depuis que cette technique a été mise au point, cela a complètement balayé les chirurgies historiques de l'hypersudation qui étaient lourdes et avec beaucoup d'effets indésirables.

Botox et migraine

Un nouveau traitement de la migraine

Selon la Société Américaine de la Migraine, 2% de la population souffre de migraine, avec une baisse significative de la qualité de vie.

La FDA Américaine a validé le traitement de migraine par le botox pour les patientes qui présentent une douleur plus de 4h par jour et plus de 15j par mois.

Le principe repose sur le blocage de la transmission du signal de la douleur par le botox en agissant sur les muscles et les fibres nerveuses en cause chez les patients.

La toxine botulique n'est pas un traitement curatif pour la migraine. Il permet de soulager significativement les douleurs et améliorer la qualité de vie au quotidien. Les études montrent, comparé au placebo, que les patients ayant reçu le traitement ont une baisse d'environ 1/3 à la moitié de leur douleurs et une baisse de quelques jours d'indolence dans le mois. 

La technique d'injection suit le protocole PREEMPT.

Il s'agit d'injecter de la toxine dans les zones douloureuses. En général, on injecte le front, comme en esthétique, la nuque et le haut des épaules. Ceci correspond au traitement des muscles du front, les muscles occipitaux, para-spinaux et trapèzes. Selon le protocole, il faut injecter environ 3 ampoules de 50 unités de toxine en tout. Il n'est pas obligatoire de faire toutes les zones, et on se focalise sur les territoires douloureux.

Pour l'instant, la toxine n'est pas remboursée dans cette indication (contrairement au bruxisme, hypersudation etc..)

Il s'agit donc d'un acte Hors Autorisation de Mise sur le Marché (AMM). Cela veut dire que ce n'est pas interdit mais que ce n'est pas encore validé. L'Autorisation de Mise sur la Marché prend plusieurs années en France et donc de nombreux traitements sont utilisés au quotidien hors AMM.

Dans ces conditions, le botox n'est pas remboursé et le cout du traitement est à la charge du patient. Il faut compter entre 100e (une zone douloureuse) et 300e (pour le protocole complet) pour le traitement. Je ne facture que le prix de la matière première sans la main d'oeuvre dans ce contexte.

L'efficacité du traitement est évalué à 15j et la durée du traitement est de 6 à 8 mois et peut-être répété. L'efficacité est cumulative au cours du temps.

Les effets indésirables de la toxine botulique

Un traitement fiable et reproductible

La toxine botulique a mauvaise réputation dans la conscience collective alors qu'il s'agit d'un des traitements les plus surs et reproductibles dans le champs de la médecine et donc de l'esthétique.

Il existe peu d'effets indésirables ou réactions inattendues. C'est pourquoi il s'agit d'un traitement si populaire dans le monde entier.

Quels sont les effets indésirables ?

- Sous effet ou efficacité trop courte : il s'agit probablement de la plainte principale de certains patients qui ont un certains degré de résistance ou qui dégradent la toxine trop vite. Ces patients vont rapporter avoir un effet incomplet ou trop court dans le temps. C'est pour cela que l'on donne une fourchette de durée d'effet entre 4 et 8 mois. On pense que des injections trop rapprochées pourrait stimuler la création de résistance par le système immunitaire. En pratique, quand un patient rapporte peu d'effet, on change la marque de la toxine botulique. Cependant, il arrive que certains lots de toxine soient moins efficaces car il s'agit d'un médicament sensible aux changements de températures, conditionnement, transport etc...

- Bleus et ecchymoses : il y a parfois un petit bleu sur un des points d'injections, surtout autour des paupières, très rarement sur le front. Cela guérit tout seul.

- Gonflement des paupières :  il n'est pas rare d'avoir les paupières un peu gonflées un à deux jours après injections. Ceci n'est pas du au botox mais au fait d'avoir piqué plusieurs fois dans le front et l'oedème qui descend sur les paupières avec la gravité. Cela part en quelques jours.

- Maux de tête : certains patients ont un peu mal à la tête le premier soir, encore du au fait d'avoir piqué dans le front 

- Chute de la paupière : un ptosis est LE principal effet indésirable. Cela est du à la diffusion de la toxine à un petit muscle qui lève la paupière du haut (muscle releveur de la paupière supérieure) . En fait, il s'agit souvent d'un problème de site d'injection, trop proche du sourcil car le botox diffuse au moins 1cm autour de chaque point. C'est pour cela qu'il faut absolument respecter 1 à 3 cm de distance entre les points et le sourcil afin de ne pas faire chuter le sourcil et donc la forme du regard. En cas de ptosis, un collyre (IOPIDINE) est prescrit qui va stimuler la remontée de la paupière.​ Cela rentrer de toute manière spontanément en général en 15j à 3 mois dans les pires cas.

- le Méphisto : il s'agit d'une remontée peu esthétique de la queue du sourcil liée à une mauvaise répartition de la toxine. Ce n'est pas un effet indésirable de la toxine mais de la technique ou du geste. Cela se corrige très facilement avec un petite retouche.

©2018 by chirurgie-esthetique-reunion. Proudly created with Wix.com